Boutique Biologiquement.comAcheter des médicaments sur le Net, c’est désormais possible

  Posté par pharmacie       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

L’arrêté encadrant la vente de médicaments sur Internet est entré en vigueur le 12 juillet. Mais 35 sites seulement sont enregistrés, à ce jour, auprès de l’Ordre national des pharmaciens.

En Eure-et-Loir, la pharmacie Pouzols, située à la Madeleine, à Chartres, est la seule à se lancer dans l’aventure.
« Puisque la vente en ligne de médicaments sans ordonnance est autorisée, il y a deux réactions possibles : soit on se dit “C’est la catastrophe”, soit on se dit “j’y vais et on va voir” », explique Philippe Pouzols, gérant du site mapharma.fr qui propose « pour l’instant » près de 600 produits de parapharmacie et de médicaments non prescrits. « J’ai déposé un dossier auprès de l’Agence régionale de santé et j’ai obtenu mon autorisation en mai après deux mois d’instruction. Tout ce qui change est inquiétant par nature mais je n’ai pas d’idées préconçues sur la vente de médicaments sur le Net. C’est une nouvelle facette de notre métier et si personne ne le fait, d’autres le feront. Avant la publication de l’arrêté, environ 7 millions de personnes avaient déjà acheté leur médicament sur des sites européens où la vente en ligne de médicaments est autorisée depuis plusieurs années. »

Philippe Pouzols a investi dans un site Internet et a suivi des consignes très précises pour lutter contre la contrefaçon et la consommation abusive.

Un formulaire à remplir pour le patient
« C’est assez lourd. Le site doit être sécurisé et agrée, présenter des liens hypertextes vers les sites de l’Ordre national des pharmaciens et de l’Agence régionale de santé mais aussi les photos et les notices de tous les médicaments?! Ça peut repousser certains pharmaciens. » Philippe Pouzols a décidé d’essayer ce nouveau circuit de distribution tout en sachant qu’il est « très concurrentiel et pas rentable ». « Les prix sont identiques, pour le moment, sur le site et en pharmacie et la livraison est payante. Nous avons un forfait de 6 €. »

Pour Philippe Pouzols, la vente sur Internet n’est qu’une « diversification de plus » à son activité classique. « Elle deviendra peut-être une activité complémentaire. Je vais voir comment ça réagit et je ferai le point dans six mois. J’ai un peu de commandes tous les jours, surtout des antalgiques, et les patients ne sont pas tous d’Eure-et-Loir. Ils habitent aussi Paris ou la Côte d’Azur. »

« Des commandes parfois farfelues »
« J’ai aussi quelques commandes farfelues de produits qui ne sont pas compatibles mais nous contrôlons systématiquement toutes les commandes. »

Dès qu’un patient passe une commande, Philippe Pouzols et ses sept pharmaciens sont alertés par un ordinateur dédié et un téléphone portable. « Chaque commande est accompagnée d’un questionnaire où il faut préciser son âge, poids, sexe, traitements en cours, antécédents allergiques… Mais le patient le remplit une fois qu’il a passé sa commande. Ce serait plus logique qu’il le fasse avant. Quand la commande n’est pas conforme, on est obligé de l’annuler et de rembourser le patient. On se rôde et on va s’adapter. Le site sera complètement remanié à la rentrée pour être plus simple et plus attractif. »

Les médicaments et produits de parapharmacie commandés peuvent ensuite être retirés dans les locaux de la pharmacie ou être livrés à domicile. « Il n’y a aucun risque de contrefaçon. Les médicaments que nous vendons sur le site sont les mêmes que ceux de ma pharmacie. Ils proviennent du même stock et sont traçables dès leur sortie de laboratoire. C’est plutôt rassurant. »

Frédéric Levent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *